dimanche 23 mai 2021

Colombie. Les bibliothèques de la dignité

Légende : « Avant de prendre la photo, je l'ai regardé fixement pendant environ 5 minutes, je ne savais pas ce que j'attendais, mais cela me semblait incroyable. J'ai pensé à toutes les personnes qui critiquent la lutte depuis le confort de leur ignorance et de leur apathie, j'ai pensé que tout ce temps n'a pas été perdu. Avec une seule personne qui commence à lire, tout commence à changer. Pour un monde où l'envie de lire ne nous coûte pas la vie. » 1 4 mai 2021, Cali. ©Daniel / @danihid29 En Colombie, les jeunes s'emparent de postes de police et les transforment en bibliothèques communautaires. "...Je crois que le monde est beau, que la poésie est comme le pain, le pain de tout le monde. Et que mes veines ne se terminent pas en moi mais dans le sang unanime de ceux qui se battent pour la vie, l'amour, les choses, le paysage et le pain, la poésie de tous." Roque Dalton (Poète salvadorien) Un récit. Je suis née dans le district d’Aguablanca de Cali, un secteur où les quartiers ont été marginalisés et oubliés, où malheureusement l'avenir des enfants et des jeunes était condamné à la pauvreté, à la misère... Il n'était pas facile d'aller au cinéma, au musée, à un concert, d'aller dans une bibliothèque, même l'idée de vouloir entrer à l'université était lointaine, parce que c'est très cher, beaucoup de familles ne pouvaient pas se permettre ce "luxe", et si je dis "luxe" c'est parce qu'en Colombie l'accès à l'éducation est un privilège que tout le monde ne peut pas se permettre, vous ne pouvez pas étudier si vous avez faim, si vous n'avez pas de nourriture à la maison, quand vous n'avez même pas de quoi payer un loyer, pour vivre dignement. A 9 ans j'ai connu l'amour des livres, un Biblio-Bus a été installé dans le parc de mon quartier, il est devenu mon endroit préféré, malheureusement il n'est resté qu'un mois, mais cela a suffi à transformer ma vie, je pouvais y aller pour lire des livres, pour rêver et inventer des histoires, j'ai compris que par l'éducation et la culture nous pouvons transformer et améliorer nos vies. Je demandais à ma mère de m'emmener une fois par mois à la bibliothèque du centre de ma ville, je repartais avec un sac rempli de livres pour les partager avec les enfants de mon quartier. Dès lors, mon rêve était de créer une bibliothèque pour que les enfants de mon quartier aient accès aux livres et puissent transformer leur vie comme je l'ai fait. Qu'ils aient des possibilités dans la vie, au-delà de la drogue et de la délinquance. Alors que j'avais 15 ans, avec un groupe d'amis, nous avons décidé de créer un espace extérieur où les enfants pourraient venir se rencontrer, lire, partager des mots, penser en communauté, nous avions le désir de planter une graine d'esprit communautaire. Nous nous sommes réunis tous les samedis sans interruption pendant presque 8 ans avec plus de 40 enfants qui appelaient cet espace "La junta", c'était très drôle d'entendre ce nom, les enfants me disaient : "Diana, le samedi, on va faire "La junta", le mot "junta" était toujours utilisé pour les réunions des hommes d'affaires, "La junta directiva" .... Mais dans mon quartier, "La junta" signifiait pour ces enfants un espace pour se rencontrer, être ensemble, partager et s'écouter les uns les autres. Je me souviens de tout cela parce que je suis émue par certaines des initiatives qui ont vu le jour à la suite des mobilisations de ces dernières semaines en Colombie, et bien que n'étant pas physiquement présente dans ce moment de changement que traverse mon pays, je suis jour après jour tout ce qui se passe. Si je devais revenir huit ans en arrière, je trouverais utopique qu'un CAI (Centres d'Attention Immédiate de la Police) se transforme en bibliothèque communautaire, dans un pays qui aurait plus de place pour les livres que pour les armes, un pays dont le gouvernement miserait plus sur la culture que sur la guerre. Je veux précisément célébrer ces initiatives d'appropriation et de requalification des CAI de la ville de Cali, qui ont été pris en charge par la communauté face à la violente répression policière. Le premier que j'ai vu est celui de l'ancien CAI de la Loma de La Cruz à Cali, connu après les manifestations du 28 avril comme La Loma de la Dignidad : le CAI a été détruit parce qu'on y gardait des armes qui menaçaient la vie des personnes qui manifestaient pacifiquement, un groupe de jeunes a décidé le 29 avril de prendre l'espace pour qu'il ne continue pas à être utilisé comme espace de répression, Ils ont décidé de la remplir de couleurs et de livres donnés par les voisins eux-mêmes, aujourd'hui cet espace est connu sous le nom de Bibliothèque de la Dignité, avec un programme culturel, des groupes féministes qui donnent des conférences, des groupes de tisserandes, des cours de yoga, de la musique, des échanges de livres, des forums de films… C'est une façon de résister et d'apporter un grain de sable en ces jours de mobilisation que connaît la Colombie, Comme la bibliothèque de la Dignité, des points de résistance ont été semés à partir de la culture dans d'autres parties de la ville, de nombreux autres CAI ont été transformés en espaces par et pour la communauté, le CAI de Barrio Metropolitano est maintenant connu comme la bibliothèque Nicolas Guerrero, en hommage au nom du jeune homme tué par les agents de l'ESMAD lors des journées de protestation du 2 mai. Ici, ils résistent en musique, en échangeant des livres, en enseignant comment cultiver des jardins urbains. À Puerto Rellena, l'un des points de résistance les plus importants de Cali, ses habitants se sont également approprié le CAI, ils l'ont peint et ont écrit sur ses murs les noms des victimes laissées par cette guerre. Ce sont des espaces de guérison, de résilience, ce sont les armes des personnes qui manifestent, nos armes sont les livres, et c'est une arme plus dangereuse que n'importe quelle balle, une blessure causée par la lecture d'un poème, d'une belle chanson, d'une peinture, n'est jamais indélébile. La police tente de reprendre ces espaces, nous ne savons pas si elle y parviendra, si chaque quartier pourra parvenir à conquérir et à maintenir sa "bibliothèque de la dignité" ; ce qui est certain, c'est qu'ils continueront à résister et que les jeunes armés de livres demeureront. Diana Mar, pour les humanités, 23 mai 2021. PORTFOLIO VIDEOS Entretien réalisé par Fernanda Girón T.