vendredi 4 juin 2021

Colombie, 5 juin. Grève de l'environnement.

Plusieurs organisations sociales et environnementales colombiennes appellent à une grève nationale de l'environnement ce samedi 5 juin 2021. Plus de 230 organisations sociales et environnementales de Colombie ont appelé à une grève nationale de l'environnement ce samedi 5 juin, cherchant ainsi à exprimer leurs revendications, dans le cadre des mobilisations sociales qui ont lieu depuis plus d'un mois. Par le biais de différentes activités symboliques, qui se dérouleront dans 13 départements du pays, ils chercheront à rendre visibles les revendications historiques concernant la protection de la vie des citoyens et le soin des écosystèmes et des ressources naturelles du pays. En outre, ils cherchent à manifester contre les politiques qui menacent l'environnement et affectent directement les personnes et les communautés, en particulier celles qui vivent dans les zones rurales qui coïncident avec les communautés indigènes. "Il existe de nombreuses raisons qui nous poussent à protester contre un modèle qui menace la vie et la nature. C'est pourquoi, à partir de divers secteurs populaires et environnementaux, nous avons proposé la construction d'un scénario de mobilisation conjointe au niveau national afin de mettre en évidence nos voix et de montrer la capacité d'organisation, de défense et de mobilisation de l'environnementalisme", ont déclaré les organisations. Parmi les activités prévues dans 33 municipalités et villes de ces départements, il y aura des mobilisations, des carnavals, des veillées, des peintures murales, des sit-in, des camps de jeunes, des réunions de dialogue et des ateliers éducatifs, parmi différents secteurs de la population pour manifester en faveur de la conservation de l'environnement et contre les politiques qui affectent les écosystèmes et les communautés du pays. Parmi les capitales où ces expressions représentatives auront lieu, citons Bogota, Medellín, Barranquilla, Neiva, Manizales, Valledupar, Pasto et Cali, ainsi que dans les municipalités de Támesis, Riosucio, Soacha, El Espinal et Girón, entre autres. "L'assassinat de dirigeants sociaux et environnementaux, le retour des pulvérisations de glyphosate, la mise en œuvre des techniques de fracking, les intentions de développer des mégaprojets miniers dans des territoires tels que le Sud-Ouest d'Antioquia et le Paramo de Santurbán, ainsi que le mépris des consultations populaires et la non-ratification de l'accord d'Escazú sont plusieurs préoccupations qui nous ont appelés à participer à la grève environnementale nationale", ont déclaré les organisateurs. Ils ont également déclaré qu'à cela s'ajoutent les revendications et les demandes de chacune des communautés qui exigent du gouvernement d'Ivan Duque et des gouvernements locaux un engagement réel pour la défense de "l'eau, la vie et les territoires". Ces organisations avaient manifesté le 12 mai dans le cadre de la grève nationale, qui se poursuit depuis plus d'un mois par des mobilisations sociales, des expressions symboliques et des blocages dans tout le pays. "Nous nous sommes réunis pour changer radicalement le modèle de pays imposé au cours des dernières décennies. Le "mauvais développement" viole les communautés, dépossède les territoires, laisse un passif environnemental et social, et détruit les écosystèmes naturels, la santé, la biodiversité et la vie de ceux qui les habitent, humains et non humains : des modèles économiques extractivistes sont mis en œuvre, en utilisant maintenant comme justification la reprise économique post-pandémique". SANS VOUS NOUS NE SOMMES PRESQUE RIEN. Entièrement gratuit et libre d'accès, le journal en ligne des humanités - média alter-actif a cependant besoin de soutiens pour son développement, pour la rémunération de ses journalistes-citoyens. Abonnements, donations : ICI.