Naviguez dans
nos rubriques

Royal Cabanon

Mis à jour : juil. 25



« Dites, Norine, vous viendrez encore au cabanon dimanche ? » (Marcel Pagnol)

Franchement, un cabanon, c’est mieux que rien. C’est royal. A une vingtaine de kilomètres d’Aix-en-Provence, à Rognes, jadis propriété des seigneurs d'Agoult, dont l’énigmatique devise est « Ferme bien qui pouvant tout fermer ne ferme rien », un cabanon ouvre ses alentours à quelques agapes artistiques et conviviales, en rassemblement des possibles avec le festival des humanités.


« L'espace qui nous a séparé doit maintenant être celui qui nous unit, car l'art continue

d'exister malgré l’absence. Par cela le cabanon ne survit pas, il continue son existence

propre », disent Ana Eulate, Blandine Herrmann et Trécy Afonso, initiatrices d’un évènement qui se déroule sur deux jours, à partir du samedi 25 juillet à la tombée de la nuit : Le Royal Cabanon se veut lieu réceptacle de nos rêves et de nos questionnements, dans un rapport étroit à la réalité. Il est terrien, nourricier, généreux. Il sera le vivier d'une indépendance : un espace de liberté et de création où il serait possible de se retrouver soi-même en rejoignant l'autre à nouveau. C'est pour cela que le Royal Cabanon, dans toute sa rusticité continue de grandir, grandir. »


Ce sera la septième édition de ce Royal Cabanon, qui « se définit à chaque édition par les propositions artistiques qui l'habitent, par les saisons qu'il traverse. Cette septième édition aura la couleur d'un plein été, sauvage et chaud mais surtout vivant. Après ce temps de silence nécessaire, la terre s'est reposée, prête à offrir de nouvelles récoltes. Une fenêtre commune s'ouvre dans laquelle "le faire" se conjugue ensemble, en même temps, et où le regard témoin est choix. C'est un tout, un acte performatif dans son ensemble. »


(Détails en rubrique AGENDA)


72 vues