SIGNER  LA

CHARTE

𝐍𝐨𝐮𝐬 𝐬𝐨𝐦𝐦𝐞𝐬 𝐜𝐨𝐦𝐦𝐚𝐧𝐝𝐞 𝐩𝐮𝐛𝐥𝐢𝐪𝐮𝐞
[𝐜𝐡𝐚𝐫𝐭𝐞 𝐝𝐮 𝐟𝐞𝐬𝐭𝐢𝐯𝐚𝐥 𝐝𝐞𝐬 𝐡𝐮𝐦𝐚𝐧𝐢𝐭é𝐬]

Le « festival des humanités » n’est pas un festival de plus, mais l’enseigne d’un ralliement d’initiatives, de pratiques et d’événements. Une constellation en actes. 


Le 6 mai 2020, s’adressant au « secteur de la culture », le Président de la République déclarait vouloir lancer « un grand programme de commandes publiques (pour) les métiers d’art, les spectacles vivants, la littérature, les arts plastiques ». Sur la base de cet appel et de cette proposition ouverte, un collectif s’est aussitôt mis à l’œuvre, rassemblant artistes et acteurs culturels, mais aussi responsables et militants associatifs, ou simples citoyens, partageant l’idée simple que « la culture » est l’affaire de toutes et tous. Au sein de ce collectif, dans la préfiguration d’événements à venir, à partir de la mi-juillet, sur l’ensemble du territoire hexagonal et même au-delà, s’est édictée une charte ayant valeur de manifeste. 

« Que les choses continuent comme avant, voilà la catastrophe » 
(Walter Benjamin, Charles Baudelaire, Payot, 1982)

𝐏𝐫é𝐚𝐦𝐛𝐮𝐥𝐞
- Le festival des humanités est né d'un désir collectif de réinvention d'une politique de la culture, ancrée sur les territoires.
- Cette initiative regroupe des artistes, des acteurs culturels, des militant.e.s associatifs.ves, des citoyen.ne.s, dont certain.e.s engagé .e.s de longue date dans des actions artistiques, culturelles, écologiques, sociales, etc.
- A partir d'expériences passées et/ou en cours, une réflexion commune s'est engagée, face à la crise sanitaire liée au COVID-19 et à ses conséquences sociales, économiques, et culturelles, pour dégager des propositions qui puissent répondre au « devoir de réinvention ».
- Le festival des humanités s'affirme comme plateforme de pratiques, d'initiatives et d'événements souhaitant se relier, se fédérer, se mutualiser, afin de faire intelligence collective.

𝐍𝐨𝐮𝐬 𝐬𝐨𝐦𝐦𝐞𝐬 𝐜𝐞 𝐪𝐮𝐞 𝐧𝐨𝐮𝐬 𝐧𝐞 𝐬𝐨𝐦𝐦𝐞𝐬 𝐩𝐚𝐬
- Le festival des humanités n'est pas un label, c'est un ralliement. 
- Le festival des humanités n'appartient à personne en particulier, c'est une œuvre collective.
- Le festival des humanités ne dépend d'aucune institution, il ne cesse de se constituer.
- Le festival des humanités ne se place sous aucune tutelle, il affirme un droit d'invention sans entrave.
- Le festival des humanités ne vise pas la « conquête de nouveaux publics », il échappe à la logique du remplissage.
- Le festival des humanités entend dépasser la notion de « démocratisation culturelle », et cultiver en actes la démocratie des communs.
- Le festival des humanités n'est pas hors-sol, il compose avec les territoires et leurs habitants partout où il crée son foyer en élaboration partagée. 

𝐃𝐞𝐬 𝐞𝐧𝐠𝐚𝐠𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭𝐬
- Artistes, poètes et écrivains, intellectuels et chercheurs ont leur place au sein du festival des humanités, tout autant qu’artisans, paysans, ouvriers, chômeurs, retraités, migrants, nomades, etc.
- Le festival des humanités peut avoir lieu en tout lieu.
- Le festival des humanités peut se dérouler de préférence « en public » mais aussi en privé (par la voie d'enregistrements, audio et vidéo transmissions, etc.)
- Pour chacune de ses occurrences, le festival des humanités sera éco-responsable, et particulièrement soucieux de son empreinte carbone.
- Le festival des humanités veillera à nourrir des coopérations locales, inter-régionales et internationales.
- Le festival des humanités revendique le droit de faire des miracles avec des bouts de ficelle, tout autant que droit à subventions publiques et territoriales, étant entendu que toute intervention participant à sa réalisation doit pouvoir être rémunérée à sa juste valeur.
- Le festival des humanités est, en soi, commande publique.
- Le festival des humanités prône une conception ouverte de la « culture » : savoir-faire et traditions populaires, santé, agriculture, alimentation, écologie, éducation, commerce, art de vivre, etc.
- Le festival des humanités s'associe aux organisations sociales et environnementales qui ont lancé l'appel « Plus jamais ça », adopte la notion de droits culturels, s'inscrit dans la perspective de l'économie sociale et solidaire, et prendra part à la constitution d'une assemblée citoyenne du futur.
- Le festival des humanités fait confiance au vivant.

Signature en ligne de la charte

* Pour signer la charte,

vous devez être majeur.

Vous autorisez-nous à publier votre nom comme signataire de la charte
Je suis déjà contributrice.teur

Afin de nous aider à structurer nos actions et à vous proposer jour après jour des informations, textes, contenus visuels et sonores de qualité, nous vous invitons à faire un don sur la plateforme helloasso du Festival des Humanités.

 

Dès 1€, vous pourrez contribuer à faire évoluer notre projet. Nous avons besoin de votre contribution - nous ne percevons aucune aide publique ou privée pour l'heure.

Merci d'avance !